DEPOSER LES ENFANTS  Un court métrage de Bettina Oberli et Antoine Jaccoud
Durée : 9’57’’ en HD
En coproduction avec la Radio Télévision Suisse 

” (…) en livrant mes enfants à l’éducation publique, faute de pouvoir les élever moi-même, en les destinant à devenir ouvriers et paysans, plutôt qu’aventuriers et coureurs de fortunes, je crus faire un acte de citoyen et de père (…) Plus d’une fois, depuis lors, les regrets de mon cœur m’ont appris que je m’étais trompé.”

Jean-Jacques Rousseau, “Les Confessions” (1770)

Le film décrit avec sensibilité un couple et ses cinq jeunes enfants qui roulent sur une route de périphérie. De petits conflits éclatent. On sent les parents tendus. Enfin on arrive au but du voyage: une “babyklappe“.

Les auteurs se sont intéressés au fameux abandon par Rousseau de ses cinq enfants, alors que venait de se créer une “babyklappe”, où abandonner son enfant en tout anonymat, à l’hôpital d’Einsiedeln. L’idée était d’évoquer des parents privés de repères. Mais si la compassion du spectateur se tourne vers les enfants, peut-être le doit-on paradoxalement à Rousseau?

Née en 1972, Bettina Oberli est une cinéaste suisse renommée. On lui doit Im Nordwind (2004), Les mamies ne font pas dans la dentelle (2006), l’un des plus gros succès du cinéma suisse, et La ferme du crime (2009).

Né en 1957, Antoine Jaccoud, scénariste, a participé à l’écriture de nombreux films dont Azzuro de Denis Rabaglia («Meilleur Film Suisse de l’Année» 2000), Home, d’Ursula Meier (Semaine de la Critique, Cannes 2008, Quartz du cinéma suisse), L’Enfant d’en haut, d’Ursula Meier (Silver Bear  au Festival de Berlin 2012).